En continuant la navigation sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies. Pour plus d'informations, veuillez lire notre politique d'utilisation des cookies.

Toutes les étapes de construction d’une maison individuelle

09 mai 2020

La préparation du terrain

Il est tout d’abord nécessaire de préparer le terrain pour la future construction.

L’étude de sol

Bien avant même la conception d’une maison, une étude de sol peut être nécessaire pour connaître la nature du terrain et les caractéristiques mécaniques du sol afin de déterminer le système de fondations le plus adapté et assurer ainsi la stabilité et la pérennité de la construction.

L’accessibilité du terrain:

La préparation du terrain commence par son accessibilité. Une voie d’accès suffisamment large pour accueillir les engins de chantier doit relier le terrain à la voirie commune.

La viabilisation :

Une fois le terrain accessible et s’il n’est pas encore viabilisé, il va alors pouvoir être raccordé aux différents réseaux : eau potable, électricité, gaz, assainissement, internet.

Le piquetage:

Le piquetage, réalisé par un géomètre, vise à délimiter avec précision l’emplacement de la future construction à l’aide de piquets numérotés.

Les travaux de gros œuvre

Le gros œuvre désigne l’ensemble des travaux qui soutiennent l’édifice et qui contribuent à sa solidité et à sa stabilité.

Le terrassement :

Après délimitation de la zone de construction, le terrassement va consister à creuser (déblaiement) pour abaisser le niveau du sol et atteindre une couche plus ferme, puis à niveler et lisser le terrain (remblaiement).

Les fondations :

Les murs porteurs reposeront directement sur les fondations. Pour assurer la solidité et la stabilité de la maison, le type et la profondeur de ces fondations sont déterminés en amont par le constructeur selon l’étude béton (étude de sol, caractéristiques de l’ouvrage…).

En fonction, il s’agira de creuser des tranchées dans lesquelles seront disposées des armatures de fondation. C’est à cet endroit que la dalle de fondation pourra être coulée.

L’assainissement :

Après la mise en place des fondations intervient l’opération d’assainissement. Les conduits d’évacuation des eaux usées doivent en effet être installés à même le sol.

Le système d’assainissement peut être collectif, c’est-à-dire relié au tout-à-l’égout (en zone urbaine et dans les habitats groupés) ou individuel dans le cas d’un terrain isolé.

Le soubassement :

Le soubassement désigne l’espace entre les fondations et le sol du rez-de-chaussée. Il représente en fait l’assise de la construction : il soutient les murs de façade et les murs porteurs, soit la structure globale de la maison. Il la protège également contre les remontées d’humidité.

L’opération consiste donc à poser la partie inférieure des murs de la construction, selon le type de soubassement approprié au projet : ce peut être un sous-sol, un vide sanitaire ou un hérisson (le sol repose directement sur les fondations).

Le dallage :

La dalle se présente sous la forme d’une plaque de béton armé.

Selon le type de soubassement choisi, il convient de procéder soit au dallage sur terre-plein (la dalle est coulée directement sur le plancher du rez-de-chaussée) soit au dallage sur vide sanitaire.

L’élévation des murs :

Ensuite sont posés les murs de façade puis les murs porteurs, constituant ainsi l’ossature de la maison. Les matériaux choisis - parpaing en béton, brique, béton cellulaire, bois, etc. – dépendent du type de construction, du budget et des performances thermiques souhaitées.

La charpente et la toiture (mise hors d’eau) :

La maison ainsi dressée, la charpente peut être installée pour assurer le maintien et la stabilité de la construction, et soutenir la couverture. La pose de la toiture (tuile ou ardoise) vient alors assurer la parfaite étanchéité du toit.

Les menuiseries extérieures (mise hors d’air)

Les portes, fenêtres, stores et volets sont enfin installés, contribuant ainsi à l’isolation de la maison.La pose des menuiseries extérieures représente la dernière étape du gros œuvre.

Les travaux de second œuvre

Une fois le gros œuvre achevé et la maison dressée, il reste encore à la rendre habitable et confortable. C’est là qu’interviennent les travaux de second œuvre :

- L’isolation des murs (par l’extérieur ou par l’intérieur), des sols et du toit.

- Le cloisonnement de l’espace pour former les différentes pièces de la maison.

- La plomberie avec l’installation du réseau de tuyauterie et d’évacuation et la pose de la robinetterie et des sanitaires.

- L’électricité : tableau électrique, câbles, compteur et tableau électrique, prises, interrupteurs, sorties pour l’éclairage.

- La domotique : c’est le moment idéal pour installer les équipements domotiques comme un portail électrique, une serrure connectée, des stores roulants, un thermostat, etc.

- La ventilation (VMC) des pièces d’eau pour assurer le renouvellement de l’air.

- Le chauffage et la climatisation, avec l’installation du dispositif de chauffage de votre choix, et dans le respect de la règlementation thermique (chaudière gaz à condensation, chaudière fioul basse température, chaudière à granulés de bois, pompe à chaleur, radiateurs électriques à inertie…).

Les travaux de finition concluent le second œuvre. Ils incluant les revêtements de sol, les revêtements muraux, les menuiseries intérieures (portes, plinthes, coffrages, meubles encastrés, escaliers...), l’éclairage et les revêtements de façade.

L’aménagement du jardin peut également être prévu dans le contrat de construction : il s’agit alors de nettoyer et de niveler le terrain, de créer l’allée d’entrée de maison et l’accès au garage, d’installer la clôture et le portail, et pourquoi pas de créer une terrasse.

Une fois les travaux terminés, le constructeur de maison individuelle organise la réception de la maison avec remise des clés. Il ne reste alors plus qu’à emménager !